Financement de votre bien immobilier

De par les relations privilégiées que nous entretenons avec de nombreux établissements bancaires, une solution pour le financement de votre bien immobilier sera trouvée plus facilement et plus rapidement.

 

Vos fonds propres

La règle des 20%
La part de fonds propres dont vous devez disposer devrait représenter au moins 20% du prix d’achat.

Il se peut que vous disposiez des liquidités nécessaires, par le biais d’épargne, de placements, d’héritage ou par exemple par le biais d’un prêt familial sans intérêt. Si vous héritez d’un terrain constructible, sa valeur peut également représenter des fonds propres, au même titre que des liquidités. À certaines conditions, les travaux personnels que vous comptez réaliser par vous-même dans le cadre d’une construction ou d’un projet de rénovation peuvent également être considérés comme des fonds propres.

En cas d’achat d’une résidence secondaire, les fonds propres nécessaires sont de l’ordre de 30%.

Vous avez besoin de plus de fonds propres ?
Si vous ne disposez pas de liquidités suffisantes pour apporter les fonds propres nécessaires, vous pouvez prévoir un versement partiel ou total de l’avoir de votre caisse de pension (2ème pilier) ou de votre compte de prévoyance (3ème pilier). Ces capitaux peuvent uniquement servir à financier l’achat ou la construction de votre résidence principale, et non d’une résidence secondaire.

En lieu et place du versement de vos avoirs du 2ème et 3ème piliers, vous pouvez également les mettre en gage. Ainsi, l’argent reste dans la caisse de pension ou dans le compte de prévoyance et rapporte toujours des intérêts.

Remarque : Vous devez financer au moins 10% de la valeur du bien immobilier par des fonds propres qui ne proviennent pas de votre prévoyance professionnelle. 

 

Admissibilité de votre financement

Le montant résultant de la différence entre le prix d’achat et vos fonds propres vous sera alloué par l’institut bancaire que vous aurez sélectionné sous la forme d’un prêt (hypothèque).

Les coûts annuels à la charge du propriétaire se composent des charges d’intérêts, des amortissements et des frais accessoires. Ces coûts ne devraient pas excéder 1/3 de votre revenu brut.

Afin de faire une estimation correcte de vos futures charges, un taux d’intérêt hypothécaire fictif de plus ou moins 5% est pris en compte par l’institut bancaire. Cette méthode de calcul permet de garantir votre capacité de faire face aux charges en cas de hausse des taux.

 

Hypothèque

Hypothèque variable
L’hypothèque variable a un taux d’intérêt qui fluctue en fonction de la situation sur le marché de l’argent et des capitaux. Son amortissement peut se faire de manière directe ou indirecte.

Hypothèque à taux fixe
L’hypothèque à taux fixe a généralement une durée comprise entre 2 et 10 ans, avec un taux d’intérêt qui reste inchangé pendant toute la durée convenue. Plus la période fixée est courte, plus le taux d’intérêt sera avantageux. En général, l’hypothèque à taux fixe ne peut s’amortir que de manière indirecte, à l’échéance de la période convenue.

Hypothèque Libor
L’hypothèque Libor (London Interbank Offered Rate) vous permet de financier votre bien immobilier en profitant de conditions régulièrement adaptées aux taux du marché. Le taux de l’hypothèque est indexé au Libor, soit le taux auquel les banques se prêtent entre elles. Il s’agit d’un prêt à taux fixe avec une échéance comprise entre un et douze mois. À la fin de chaque période, le taux est automatiquement adapté aux conditions en vigueur pour la durée choisie.

 

Amortissement

Pour rembourser le capital alloué par l’institut bancaire, deux possibilités s’offrent à vous.

Amortissement direct
Vous remboursez votre dette hypothécaire par des mensualités versées à l’institut bancaire. Votre dette diminue au fur et à mesure du paiement de vos amortissements.

Amortissement indirect
Vous versez un montant convenu sur un compte de prévoyance lié ou une assurance vie de capital liée. Le capital ainsi épargné sera utilisé à un moment prédéfini pour réduire l’hypothèque. En procédant de la sorte, vous bénéficiez d’une déduction fiscale constante. Dans le même temps, vous pourrez déduire les sommes versées dans votre compte de prévoyance du 3ème pilier de votre revenu imposable.

 

Un conseil personnalisé

Afin de pouvoir obtenir la solution la plus appropriée à votre situation, nous sommes à même de vous obtenir un entretien personnel auprès d’un ou de plusieurs instituts bancaires avec lesquelles nous entretenons d’étroites relations (tels que UBS ou Crédit Suisse par exemple).

Lors de cet entretien, vous obtiendrez un conseil personnalisé et adapté à vos besoins et à vos souhaits.

N’hésitez pas à nous contacter pour plus d’informations à ce sujet.

 

Check-list des documents à apporter lors de votre entretien avec l’institut bancaire sélectionné :

Documents personnels :

  • Pièce d’identité (carte d’identité, passeport)
  • Permis de séjour (B ou C) (si applicable)
  • Certificat de salaire le plus récent
  • Copie de la dernière déclaration d’impôts
  • Extrait du registre de l’office des poursuites datant de moins de 3 mois
  • Justificatif des avoirs du 3ème pilier (si existant)
  • Copie du certificat d’assurance de la caisse de pension (2ème pilier) en cas de retrait ou de mise en gage de ces avoirs)
  • Police d’assurance vie (si existante)
  • Récapitulatifs des dépenses afférentes à des engagements fermes (leasing, pensions alimentaires, etc.)
  • En cas d’activité indépendante : bilan et comptes des trois derniers exercices

 

Documents relatifs à l’immeuble :

  • Extrait du registre foncier datant de moins de 6 mois (votre courtier en immobilier vous fournira ce document sur demande)
  • Plan de situation de l’immeuble
  • Photographies de l’immeuble (intérieures et extérieures)
  • Le dossier de mise en vente de l’immeuble mentionnant notamment son année de construction, cas échéant la liste des rénovations / transformations effectuées la surface habitable en m2 et le volume en m3 (si disponible)
  • Copie de l’assurance incendie de l’immeuble
  • Plan de l’immeuble (si existant)
  • Pour les appartements en propriété par étage (PPE) : copie du règlement de la PPE, état du fonds de rénovation, copie du PV de la dernière assemblée des copropriétaires
  • Etat locatif (uniquement si l’objet est loué)

 

Documents relatifs à une nouvelle construction :

  • Plans de la construction projetée
  • Devis de l’architecte ou du promoteur
  • Volume SIA de l’immeuble
  • Permis de construire (si existant)
  • Descriptif de la construction remis par l’architecte ou le promoteur
  • Copie du contrat de l’entreprise générale (si existant)

 




Retrouvez-nous dans une de nos agences immobilières à Sion (centre)Sion (Ouest)Sierre, Martigny, Savièse, Vissoie (Anniviers)Monthey ou Crans-Montana.

 

 


Données fournies sans garantie  (Mentions contractuelles)